Depuis ma cabane isolée

Je repère les promeneurs égarés

Vivre seul au milieu d'une forêt

Un avantage à ne pas négliger

Lorsque comme moi on est passionné

De chasse à un gibier particulier

L'être humain est le meilleur de tous

Le seul à me filer encore la frousse

Je l'observe, le traque, le harcèle

Il panique et ses mouvements s'emmêlent

Il est terrorisé, affolé, il suffoque

Je le roue de coups, lui pisse dessus, je m'en moque

Et quand vient l'heure de l'achever

Chaque hurlement me fait bander

La torture est devenue mon amour

Si on se croise un jour, COURS!