Une fois à l'intérieur, il fit ce que doit faire tout bon méchant: soliloquer!

  -Alors comme ça on se croit malins... Mais vous ignorez sûrement ce que je fais des malandrins de votre espèce... Je m'occupe d'abord personnellement d'eux, avec mes beaux joujoux, ensuite une fois qu'ils ne m'amusent plus, je les jette dans le Lac Satif pour qu'ils se noient, comme je l'ai fait avec la secte Pipoura, cette bande de hippies...

  Les yeux de Brequin brillaient d'une lueur démente. C'est ce moment que choisit Fomahn pour prendre la parole:

  -Mais nous ne sommes pas des rigolos de la secte hippie Pipoura! dit-il en se relevant d'un bond et en attrapant Brequin par le bras. Il lui fit ensuite une clé et se retrouva derrière lui, la main serrée sur sa gorge. Le garde n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il se passait que le nain lui assenait une puissante savate en plein dans les joyeuses, ce qui eut pour effet de lui couper net le sifflet et de le faire s'évanouir.

  Le Vil Brequin essayait de parler:

  -Beuargl...brrrrra...

  -Ferme-la si tu veux pas que je te pète la nuque! lui dit Fomahn.

  -Bien joué! s'exclama Sagrat. Libère-nous maintenant!

  Tenant Brequin d'une main, il profita de la liberté de son autre main pour délivrer Sagrat qui à son tour délivra les deux autres.

  -Bon, dit le nain, j'espère pour toi que tu as la Clé Manthine sur toi, sinon tu me sers à rien et je me verrais dans l'obligation de te tuer.

  -Glooon! répondit Brequin. Gle glai glur moi! Glenez!

  Et il fouilla dans sa poche et en sorti une petite clé en laiton, tirant sur l'orangé.

  -La Clé Manthine! dit Sagrat.

  Il la prit des mains de l'amant d'Haryn et la fourra dans sa poche.

  -Bon, maintenant qu'on a la clé, on fait quoi de lui? demanda Fomahn à Sagrat.

  -Bonne question...je pensais pas que le plan fonctionnerait, j'avais donc prévu de le torturer pour qu'il nous dise où est la clé, mais là, je sais pas quoi faire...

  -On a qu'a les enfermer dans la cellule et je leur jetterais un sort de Bouche Cousue qui scellera leurs lèvres pendant six heures, ce qui nous permettra d'être loin d'ici! dit Larry.

  -Pas possible! répondit Sagrat. Lui ayant piqué sa clé, il sait où nous allons!

  -Alors j'ajouterais un sort de Crétinisme afin qu'il ne soit plus capable de faire le rapprochement... Gheul-Tâh, laisse-moi sonder ton esprit pour avoir un repère concret!

  Et c'est ce qu'il fit, juste avant de lancer son double sort!

  Et c'est ainsi que Brequin et le garde se retrouvèrent ligotés? bouches scellées par des liens invisibles et le regard éteint comme peuvent l'avoir certaines familles des montagnes habituées à la consanguinité.

  Sagrat fourra la clé dans sa poche et dit:

  -Bon, on ferait mieux de se casser discrètement dès à présent.

  -Ouais, répondit Fomahn. Et on devrait trouver ce fameux Temple Mousse au plus vite, histoire de régler cette affaire et de pas traîner trop longtemps dans le coin, z'êtes pas d'accord?

  -Ouais! répondirent en choeur Larry et Gheul-Tâh.

  -Alors allons-y! reprit Sagrat, pas mécontent de la tournure que prenaient les évènements. C'est vrai, ils avaient récupéré la Clé Manthine sans que ça ne tourne en eau de boudin! Il se méfiait donc de la suite des évènements, ça pouvait pas durer!

  Une fois sortis de la Prison Lakhlass, sans s'être fait remarquer, ils partirent vers les bas-fonds de la cité afin de se fondre parmi les badauds et autres loquedus de coin pour mettre au point la suite de leur plan. Ils s'arrêtèrent dans un boui-boui malfamé nommé "Le sang qui bout, chez Jeb la Mite".

  -Bin dîtes donc, drôle de nom pour un rade, dit Fomahn.

  -C'est clair! dit Sagrat. Le premier d'entre vous qui tente l'une ou l'autre contrepèterie quand viendra le patron, je l'écorche!

  Larry referma discrètement la bouche et ravala sa salive...

  Ils commandèrent de la bière et du vin, tout en observant la populace locale. Elle ne changeait pas de ce genre d'établissement: poivrots en tous genres, solitaires à la mine patibulaire et autres rebus de la société. Vu que personne ne leur prêtait attention, ils purent aisément débattre de la suite des évènements.

  -Bon, dit Sagrat. On a deux options: soit on trouve tout de suite le Temple Mousse et on va dessouder du mage, soit on prend notre temps pour réfléchir à une tactique et on passe la nuit ici.

  Puisque le vin et la bière n'étaient franchement pas dégueus et qu'ils avaient délesté Brequin d'une jolie bourse avant de le ligoter, ils décidèrent à l'unanimité de rester à l'auberge et de trouver le meilleur plan d'action possible pour leur mission, ce qui consista à se mettre une murge d'enfer et à payer les dégâts occasionnés par Larry et Gheul-Tâh qui s'étaient mis en tête de départager lequel d'entre eux était le meilleur aux fléchettes. Chaque client blessé réclama un sou d'argent, ce qui coûta une petite fortune à Sagrat...