Le lendemain matin, ils se réveillèrent avec une sacrée gueule de bois et toujours aucun plan.

  -Bon, faut qu'on réfléchisse! dit Sagrat en contemplant son lait de chèvre comme si c'était de la ciguë, assis avec ses trois compagnons à la table de petit déjeuner de Jeb La Mite.

  -Y a pas à tergiverser cent-sept ans, dit Fomahn. Allons dès cet après-midi au Temple Mousse et piquons le bec discrètement, sans se faire gauler par Zag-Rhûm! Ensuite on se barre et on se pose quelque part pour réfléchir à ce qu'on va vraiment demander.

 -Je suis d'accord, dit Larry.

  -Moi aussi, ajouta Gheul-Tâh.

  -Si tout le monde est d'accord, préparons nos affaires et allons-y, conclut Sagrat.

  Il leur fallut une bonne heure pour terminer leur lait de chèvre et se préparer. Sagrat glissa la Clé Manthine dans sa poche et s'arma pour l'aventure, espérant ne pas avoir, pour une fois, à sortir son épée. Fomahn, lui, opta pour une hache à double tranchant, une masse, ainsi qu'une petite hache de jet, comme tout bon nain.  Larry se fit un pense-bête en recopiant tous les sorts basiques sur un morceau de parchemin et Gheul-Tâh se concentra de toutes ses forces pour ne pas oublier son arc et ses flèches...

  Ils se mirent en route vers le nord de la ville, en évitant les artères principales, fourmillant de gardes recherchant quatre lascars ayant rendu le Vil Brequin plus crétin qu'un candidat de théâtre-réalité (un jeu stupide où une douzaine de crétins rejouent leur vie sur une scène devant des spectateurs avides de sensations vraiment pas très fortes...) et arrivèrent aux portes du Temple Mousse aux alentours de treize heures...

  -Normalement, dit Sagrat, il ne devrait pas y avoir trop de monde à cette heure dans un temple de prières. On devrait pouvoir entrer et se la jouer fine sans démembrer personne et se barrer rapidement!

  -Sauf si la clé ne fonctionne pas...dit Fomahn.

  -Et bien nous allons le savoir immédiatement, répondit Sagrat en s'approchant furtivement de la porte.

  Il jeta un oeil rapide à droite et à gauche, vérifiant que personne ne l'observait. La rue était déserte. Il inséra la Clé Manthine dans la serrure et tourna, persuadé que ça ne fonctionnerait pas ou qu'un truc allait luin péter à la gueule!

  Clic!

  La clé tourna et la porte s'entrouvrit légèrement.

  -Putain ça a marché, j'y crois pas...se dit Sagrat avant de pénétrer dans le temple suivi de ses trois compagnons venus le rejoindre.

  L'intérieur était très sombre, éclairé seulement par quelques bougies allumées de ci de là dans de grands candélabres. Sagrat s'approcha de Larry sans faire de bruit et chuchota:

  -T'aurais pas un sort qui détecterait les dangers par hasard? Ca nous aiderait bien, histoire de pas tomber dans le premier piège venu...

  -Je dois avoir ça! répondit le jeune magicien. Laisse moi une minute pour vérifier sur mon parchemin et j'exécuterai le sort s'il existe.

  -Ok, mais discret, hein? répondit Sagrat.

  Pendant que Larry relisait son pense-bête, les trois autres scrutaient la pénombre à l'affût du moindre péril.

  -Ca y est, j'ai trouvé! s'exclama Larry.

  -Chuuuut! Tu veux nous faire tuer ou quoi? lui dit Sagrat en lui lançant un regard de pit-bull enragé.

  -Oups! Mais j'ai trouvé le sort Detecto, qui nous signalaer tout danger trois mètres à l'avance.

  -Mouais, c'est pas terrible mais c'est mieux que rien, répondit Sagrat. Au moins ça nous permettra de ne pas se faire remarquer au premier détour d'un couloir. Vas-y, lance ton sort!

  Larry se concentra et lu sa formule à voix basse: Pericolo Detecto! Un bracelet de cuir apparu à son poignet avec en son centre une sorte de pierre précieuse de teinte orangée.

  -Je suppose que la pierre va s'éclairer au fur et à mesure que l'on s'approche d'un danger, dit Larry.

  -On, c'est bien, t'as réussi ton sort et en plus en toute discrétion. Tu te débrouilles de mieux en mieux, je te félicite!

  Larry se mit à rougir tandis que Sagrat ordonnait à tout le monde de préparer ses armes et de progresser sans bruit en file indienne avec Larry en tête. Chacun s'arma et le convoi commença sa procession silencieuse parmi les couloirs du Temple Mousse.

  Au bout de quelques détours, ils aperçurent un garde qui leur tournait le dos, quatre mètres devant eux environ.

  -C'est bien, chuchota Sagrat, on va même pouvoir teter ton sort Larry.

  Le magicien fit encore trois pas lorsque la pierre se mit à émettre une sirène stridnete percepible à cent mètres à la ronde.

 

                                                    A suivre....