Allongé nu à côté de toi

Tous mes sens sont en émoi

Du bout des lèvres j'aspire un de tes tétons

Tout mon corps est parcouru d'un frisson

Du bout des doigts je t'écarte les cuisses

Et enfin par dessus toi je me hisse

Nos corps sont en parfaite symbiose

Tandis que pour toi commence la nécrose

Tu me fixes droit dans les yeux

Tes cheveux inondés d'un soleil radieux

Et même au moment où je vais jouir

Tu restes là sans rien dire

Je prends ta tête et je l'embrasse

Pour ensuite la remettre à sa place

Au fond du congélateur

Car tu crains fort la chaleur

Et quand tu voudras refaire l'amour

Nous ferons comme les autres jours

Une jeune fille trouvera la mort

Pour que tu aies un nouveau corps.